Du 2 au 4 décembre 2010, 1 er Ultra Indoor Normand à Evreux

48 heures pédestres


Le site : http://www.ultraindoornormand.com/


Les inscrits : http://www.ultraindoornormand.com/les-inscrits/

Organisation : http://www.ultraindoornormand.com/organisation/

Défi 48 heures : http://www.ultraindoornormand.com/d%C3%A9fi-48h/

Animations : http://www.ultraindoornormand.com/animations/

L'équipe d'organisation : http://www.ultraindoornormand.com/l-%C3%A9quipe/


Analyse illustrée de Guy Destré


Les Ultra-fondus de l’Ultra Indoor Normand



Premières 48 heures d’ultra-fond en salle à Evreux du 2 au 4 décembre 2010.


L’idée de crée une épreuve de 48 heures indoor est venue d’un certain Jean-Pierre Guyomarc’h (bien connu dans le monde de l’ultra) qui par le passé a déjà participé à ce genre de compétition en salle. Un jour cela se fera à Evreux avait il raisonné dans sa tête et un beau jour il en a parlé à un certain Marc Noury qui a pris la balle au bond et avec plusieurs personnes de son entourage le rêve de Jean-Pierre devenait réalité à Evreux en décembre 2010.  Les invitations étaient lancées aux coureurs et coureuses.


Après quelques désistements de certains invités, Philippe Vit, Alain Grassi et Josiane Pannier obtenaient leur sésame avec l’aide de Thierry Martineau qui était en relation avec Marc Noury l’un des organisateurs. Je ne pense pas que les organisateurs aient eu à le regretter. Le fait d’intégrer des marcheurs et marcheuses dans une épreuve d’ultra-fond course permet des liens et des rapprochements entre les deux disciplines soeurs. C’est avec le même esprit fraternel que c’est déroulé cette première édition des 48 heures d’Evreux. Les organisateurs peuvent être fiers d’avoir osé créer cette course – marche à l’intérieur de la Halle.


Plusieurs locaux, donc les ébroïciens participent à la fête de l’Ultra Indoor Normand : Eric Yvars et son home-trainer, Jean-Pierre Guyomarc’h et son tapis roulant, Philippe Billard et ses gambettes, les organisateurs : Marc Noury et ses 100 pas,  Mikaël Gilbrin et son informatique, Daniel Bailly, Christophe Simoës avec ses ravitaillements et sa cuisine, Nelly et la quinzaine de bénévoles au four et au moulin. Les commentaires sont assurés par le speaker Daniel Robin bien connu dans le monde de l’ultra micro en main, avec son débit de paroles record.


La presse et les médias en ont parlé de l’Ultra Indoor Normand : Paris Normandie, Eure Infos, La Dépêche, l’Equipe.fr, Havre Libre, puis France Bleue, Radio Cristal et France 3.


Mercredi 1er décembre les premiers athlètes arrivent à l’hôtel Campanile d’Evreux (l’un des nombreux partenaires de l’Ultra Indoor Normand). Vers 16 heures 30 une grande Limousine blanche avec chauffeur de maître arrive sur le parking de l’hôtel. Huit des invités de la fête de l’ultra ébroïcien auront l’honneur de monter à bord de la Limousine qui va les transporter « les princes et princesse de l’ultra »  jusqu’au Crédit Mutuel pour la séance de dédicaces prévue par les organisateurs en centre ville.

Tous les athlètes engagés ne sont pas encore arrivés dans la préfecture de l’Eure, parmi lesquels : Christophe Laborie, Peter Kluka, Martina Hausmann, plus Daniel Dalphin, Jean-Gilles Boussiquet et Bettina Mecking qui tous les trois ont déclaré forfait.


Les autres athlètes se prêtent pour la circonstance à cette séance de dédicaces inédite pour certains comme par exemple Bruno Lefèvre.


Seule Josiane Pannier n’a pas eu à autographier ses photos car elle a été oubliée dans la série de photos remises à chaque athlète.


La limousine revient chercher huit athlètes pour les conduire à la pasta party prévue à quelques kilomètres d’Evreux dans la salle Lino Ventura à Gravigny.


Nous notons la présence de Gérard Cain l’organisateur des 6 jours d’Antibes, Michel Landret ancien Président des 48 heures de Surgères accompagné du nouveau Président Gilles Bayle. La pasta party très conviviale se déroule dans une chaude ambiance malgré la neige au dehors.

Ensuite direction l’hôtel Campanile pour se reposer et de récupérer un peu avant les deux journées à venir. 

Jeudi 2 décembre : Après le petit déjeuner pris en commun à l’hôtel Campanile, les uns partent se reposer encore quelques instants dans leur chambre, les autres préfèrent se diriger  déjà vers la Halle des Expositions à quelques kilomètres de l’hôtel pour prendre leurs marques.  En entrant dans la Halle les uns et les autres découvrent les surprises qui les attendent.


Le circuit proposé présente quelques embuches et il faudra être assez vigilant pour les éviter au fil des tours et rester concentré malgré la fatigue envahissant les muscles et les réflexes des acteurs.


Quelques cornières métalliques dépassent d’environ 1 cm du sol. Par endroit c’est le revêtement en béton qui présente quelques minimes marchettes d’un centimètre de différence d’altitude.


La piste de la Halle n’est pas plate, elle présente un dénivelé visuel d’un mètre pour une longueur d’environ 60 mètres (donnant un pourcentage de pente de 1,666 pour cent). Ce qui représente 1000 mètres de dénivelé positif d’un côté quand on parcourt 1000 tours et 1000 mètres de dénivelé négatif de l’autre côté, soit pour 160 km.


La Halle
n’est pas complètement recouverte d’une toiture opaque, de grandes baies vitrées permettent à la lumière du jour de passer à l’intérieur. Des projecteurs éclaireront tout de même la Halle aussi bien de jour que de nuit.


En partie centrale de la Halle, les organisateurs de cet Ultra Indoor Normand ont agencé une zone de repos pour les athlètes. De grands box en panneaux de bois matérialisent les espaces prévus pour la commodité des acteurs. Chaque carré peut être utilisé par un athlète et son accompagnateur ou par deux athlètes.


Deux lits de camps, une table et deux chaises meublent chaque carré. Les uns s’installent par affinité à deux par « chambrée » comme par exemple Christophe Laborie et Peter Kluka, les autres par club ou individuellement. Les temps de repos de chacun sont laissés à leur guise. Les uns tourneront de nombreuses heures sans aller se reposer, d’autres iront toutes heures, toutes les deux ou trois heures se délasser durant 10 à 15 minutes avant de reprendre leur course ou leur marche. Chacun gère son temps comme il l’entend.

Les athlètes et leurs accompagnateurs prennent alors ensemble leur repas de midi. A partir de 13h30 commence la distribution des dossards et à 14 h30 chacun des participants à l’appel de son nom monte sur l’estrade pour la présentation des athlètes au maigre public.

Peu  avant 15 heures, André Voiriot de la Ligue Haute Normandie d’Athlétisme représentant la FFA demande aux 6 féminines de l’épreuve de se placer en première ligne et leurs compagnons d’armes coureurs et marcheurs se rangeront derrière elles.  A 15 heures sonnantes, André Voiriot tire le coup de pistolet libérateur et commence alors la rotation des ultra-fondeurs dans le sens contraire des aiguilles d’une montre.


L’Anglaise Heather Foundling-Hawker et Christophe Laborie
mènent la danse dans ces premières minutes sur la piste en béton de 160 mètres de tour.

Au même moment que les 17 athlètes sur l’anneau et tout prêt de la piste, Eric Yvars sur home-trainer et Jean-Pierre Guyomarc’h sur tapis roulant se lancent chacun dans leur propre défi.


Le premier nommé veut établir le record du monde sur 48 heures en parcourant au minimum 1200 km, et le deuxième s’attaque contre le record situé à 405 km durant cette même période.

A la première heure, Gilles Palluarelo est en tête avec une moyenne de 10,640 km/h, il possède 3 tours d’avance sur le nordiste Pierre Mitev, l’Ecossais William Sichel se place à 4 tours de Gilles tout comme la première féminine l’Anglaise Heather Foundling-Hawker.

Côté marche, Philippe Vit devance de peu Alain Grassi avec une moyenne de 8,500 km/h pour les deux compères. Josiane Pannier est plus rapide que Martina Hausmann, elle avance à une allure de 7,920 km/h contre 6,800 km/h à l’Allemande.


Au changement de sens de rotation, c’est à dire toutes les quatre heures, Pierre Mitev est leader de l’ultra avec 41,200 km à son compteur, il devance Gilles Pallaruelo de 3 tours et Yvonnick Simon de 5 tours. Christophe Laborie ménage sa monture il a parcouru 38,800 km durant les 4 premières heures de l’épreuve. Le normand Patrick Malandain lui concède 800 mètres.

L’Anglaise Heather Foundling-Hawker se place devant Christophe Laborie avec 39,440 km, elle laisse ses ainées Cornélia Bullig à 11 tours, Martine Bertin à 21 tours.

Chantal Pain pour sa première tentative sur 48 heures est partie moins rapidement que ces devancières, elle affiche pour le moment 33,200 km.  Alain Grassi et Philippe Vit marchent pratiquement ensemble durant les 3 premières heures et comme les coureurs cyclistes chacun prenait le relais de l’autre.


Ensuite Philippe passa en tête des marcheurs et accéléra le rythme. Alain lui gardait son allure. Josiane possède pratiquement 4,500 km d’avance sur Martina au bout de 4 heures.


Avec le changement de sens à 19 heures, les athlètes prennent d’autres repères puisque la descente devient montée et la montée devient descente, ensuite la corde extérieure devient la corde intérieure. Le changement se fait sous l’arche situé à 80 mètres du poste de pointage. C’est André Voiriot qui sert de « balise » pour que chaque concurrent tourne autour de lui pour faire un demi-tour et continuer durant les quatre heures suivantes dans ce sens.


A la huitième heure soit à 23 heures Pierre Mitev est toujours en tête avec 76,720 km. Christophe Laborie n’est plus qu’à 3 tours, alors qu’à la sixième heure il possédait 10 tours de retard sur le nordiste. Denis Pallaruelo rétrograde à la troisième place du classement provisoire. L’Ecossais William Sichel se positionne à 4,600 km du leader. Il est même à 2,400 km derrière Heather Foundling-Hawker qui continue sur des bases de 9,300 km/h.


Cornélia Bullig
est à 3,300 km de l’Anglaise, Martine Bertin pratiquement 2 km plus loin, et Chantal Pain à 10 km. Josiane Pannier continue d’accentuer son avance sur Martina Hausmann et 7,700 km les séparent maintenant.


De son côté Philippe Vit premier marcheur, possède une avance de 3,200 km sur le normand El Gino avec 69,360 km contre 66,160 km soit 20 tours.

Nouveau changement de rotation de 23 heures à 3 heures du matin, c’est à dire dans le même sens que celui du départ et donc en sens contraire des aiguilles d’une montre. Christophe Laborie, Heather Foundling-Hawker et Pierre Mitev seront les premiers à passer la barre des 100 km peu avant 11 heures de course. A ce moment là c’est Christophe Laborie qui se trouve en tête devant l’Anglaise et le nordiste.


Une heure plus tard c’est l’Anglaise  avec 109,520 km qui a pris le commandement avec 1 tour d’avance sur le francilien Christophe Laborie, crédité de 109,360 km. Philippe Vit a passé la barre des 100 km en 11h49’ d’après mon relevé (les 50 km en 5h38’29’’). Alain Grassi en est à 96,880 km à la douzième heure. Josiane Pannier atteint les 82,420 km et Martina Hausmann la suit avec 73,520 km. Dix des dix-sept fondus de la piste ont dépassé les 100 km : 101,680 pour Martine Bertin, 102,160 km pour Cornélia Bullig, 101,360 km pour Patrick Malandain, 107,760 km pour Pierre Mitev, 104,720 km pour Gilles Pallaruelo, 104,560 km pour William Sichel, 100,880 km pour Yvonnick Simon, plus les trois déjà cité plus haut. Chantal Pain a parcouru 88,080 km durant les 12 premières heures, Robert Miorin 97,840 km, Philippe Billard d’Ultrafondus 97,680 km, Peter Kluka 84,720 km.


Nouveau demi-tour à 3 heures du matin pour une période de 4 heures, donc jusqu’à 7 heures.

Durant ces 4 heures,  Christophe Laborie et Heather Foundling-Hawker joue au chat et à la souris.


La souris est en tête entre la douzième et la quatorzième heure devant le chat. Ensuite les rôles sont inversés Christophe reprend les rênes devant l’Anglaise.


A la seizième heure, seule Martina Hausmann n’a pas encore franchi la barre des 100 km, elle totalise 92,700 km et Josy possède un peu moins de 10 km d’avance. Par contre Philippe Vit n’est pas au mieux, durant cette période de 4 heures il a eu quelques problèmes gastriques et je me suis trouvé plusieurs fois pour le maintenir accroché aux barrières Vauban.


Philippe a encore 4 km d’avance sur El Gino soit 128,800 km pour lui et 124,800 km pour Alain.  Christophe passe au 140 ème km avec une avance de 2,200 km sur la Britannique Heather. Philippe Billard est assez régulier depuis le départ, il est bien conseillé par Pierre-Michaël Micaletti et par Gérard Cain, Philippe affiche 130 km à son propre compteur. La majorité des « runners » a franchi les 125 km, excepté Chantal Pain à 107,920 km qui devance Peter Kluka à 105,360 km,  et pour la marche Josiane, Alain et Martina.


Les deux autres féminines, Martine Bertin en est à 129,840 km précédée par l’Allemande Cornélia Bullig avec 130,480 km. Nouvelle rotation entre 7 heures et 11 heures du matin : cela se corse pour deux des participants, le premier à rendre son dossard est Philippe Vit victime de ses ennuis gastriques et de ses genoux enflés. Sur conseil du kiné Christophe, Philippe quitte la scène après avoir parcouru 130,500 km (soit 816 tours) en 16h14’17’’.


Ensuite c’est au tour de l’Allemande Cornélia Bullig qui victime d’une lourde chute après avoir buté le pied sur une cornière dépassant de 10 mm du sol. Après plusieurs arrêts et reprises pour essayer de continuer sa route, Cornélia ne peut plus courir à sa vitesse de croisière et elle est obligée d’abdiquer sous la douleur avec 151,300 km en 19h05’35’’ (soit 946 tours).


Christophe Laborie
fait le trou, il possède 3,200 km d’avance au bout de 21h30 de course soit 20 tours d’écart sur Heather Foundling-Hawker et près de 14 km sur Pierre Mitev (des Kékés du Bocage – en Vendée).

Les positions après la première journée sont les suivantes au classement scratch : 1- Christophe Laborie 203,760 km, 2- Heather Foundling-Hawker 200,560 km, 3- Martine Bertin 187,440 km, 4- Pierre Mitev 186,960 km, 5- Robert Miorin 186,800 km, 6- William Sichel 181,840 km, 7- Philippe Billard 181,680 km, 8- Alain Grassi 181,360 km, 9- Gilles Pallaruelo 178,800 km, 10- Yvonnick Simon 172,400 km, 11- Patrick Malandain 172,240 km, 12- Peter Kluka 159,440 km, 13- Chantal Pain 152,560 km, 14- Cornélia Bullig 151,300 km, 15- Josiane Pannier 136,400 km, 16- Martina Hausmann 135,920 km, 17- Philippe Vit 130,480 km.


Comme l’on peut le constater l’écart entre Josy et Martina est plus que réduit. Josiane victime d’une sciatique était depuis plusieurs heures contrainte à marcher penchée sur le côté droit.

Malgré ce handicap Josiane tiendra tête à Martina encore une bonne dizaine de minutes, avant de la laisser partir définitivement.  Les écarts sont faibles entre le sixième et le huitième seulement trois tours soit 480 mètres. El Gino est tout près de William et  Philippe.

Nouveau changement de rotation de 15 heures à 19 heures en ce vendredi 23 décembre (soit pour la période 24 heures et 28 heures d’épreuve) :


Le marcheur bien connu Alain Lemercier vient rendre visite aux ultra-fondeurs et discute quelques instants avec Alain Grassi et Hugues Pannier.


Peu de temps après les 24 heures d’épreuve, Heather Foundling-Hawker met tout de suite la flèche et quitte la scène laissant la voie libre à Christophe Laborie. Elle a parcouru 201,060 km en 24h06’25’’. Durant cette période, Alain Grassi passe les 200,100 km en  26h42’15’’ d’après mon propre relevé. Christophe Laborie poursuit son cavalier seul en utilisant de petites foulées rasantes près du sol pour avancer.


Il mène le train avec 231,440 km en 28 heures. Martine Bertin est alors deuxième de l’épreuve avec 211,140 km. Neuf des compétiteurs sur les quinze encore en piste ont dépassé les 200 km. Robert Miorin avec son bob sur la tête (donc double bob) se positionne à la troisième place avec 208,740 km devant William Sichel crédité de 206,820 km.


Puis le seul marcheur encore sur le circuit Alain Grassi se situe dans le top cinq avec 205,540 km. Martina Hausmann augmente son avance sur Josiane Pannier, elle arrive à 154,020 km contre 146,660 km. Chantal Pain est en treizième position avec 174,180 km.

Nouvelle rotation de parcours de 19 heures à 23 heures (28h à 32 h de course ou marche) :


Pierre Mitev
quitte la piste et abandonne ses compagnons en ayant parcouru 207,920 km en 28h42’25’’.


Alain Grassi
qui jusqu’à là n’avait pas fait une seule pose, s’arrête environ 30 mn pour se reposer et se changer assisté de son fidèle compagnon de club Sylvain Rivière qui n’a pas ménagé son temps pour aider El Gino.

Rotation 23 heures le 3 à 3 heures du matin le 4 décembre (période 32h à 36 h) :

Pour ma part je quitte la Halle vers 23h 30 pour revenir vers 7h20 le samedi matin.


Les organismes sont atteints par la fraicheur sévissant dans la Halle des expositions. Les athlètes se couvrent de plus en plus, mais ils sentent le froid. Patrick Malandain recouvre son visage et l’on ne voit plus que ses yeux.


D’après Thierry Martineau durant la nuit, de nombreuses puces du pointage sont au repos puisque plusieurs athlètes sont installés dans leur box pour dormir et récupérer un peu de leurs forces. Parfois ils ne sont que quatre en piste, puis cinq, puis six. Les « bip bip » au passage sous le portique de pointage sont de plus en plus espacés, il faut parfois attendre 30 secondes avant d’en entendre à nouveau.


Une malencontreuse ampoule mal placée viendra ruiner les espoirs d’Alain Grassi. Il ne peut plus poser le pied correctement sur ses appuis et durant de nombreuses heures le calvaire se poursuit. Les moyennes de la première journée s’effondrent inlassablement. Alain parcourt alors entre 1,900 km à 3,500 km par heure. Le record absolu durant un 48 heures à la marche s’effondre pour Alain. Mais ce sont les risques du métier et l’on y peut rien.


De plus Alain à cette allure a de plus en plus froid et pourtant il est couvert de la tête aux pieds.

A un tour d’horloge de l’arrivée, les positions sont les suivantes (36 ème heure) :

1- Christophe Laborie 285,200 km,  2- 6- William Sichel 256,400 km, 3- Robert Miorin 251,440 km, 4- Martine Bertin 243,280 km, 5- Alain Grassi 241,840 km, 6- Yvonnick Simon 236,560 km,  7- Gilles Pallaruelo 235,760 km, 8- Patrick Malandain 220,240 km, 9- Chantal Pain 219,600 km, 10- Philippe Billard 215,760 km, (11- Pierre Mitev 207,920 km), 12- Heather Foundling-Hawker 201,060 km,  13- Peter Kluka 198,480 km, 14- Martina Hausmann 188,720 km, 15- Josiane Pannier 169,040 km, (16- Cornélia Bullig 151,300 km, 17- Philippe Vit 130,480 km).


Près de 29 km séparent les deux premiers. Martine Bertin tournait penchée, même pliée en deux, mais je n’étais pas là pour la voir (elle m’a demandé une photo, mais évidement je n’en ai pas) a pris un repos forcé de plusieurs heures.

Changement de sens de 3 h à 7 h (36h à 40h) :

Changement de sens de 7 h à 11 h (40h à 44h) :

Je reviens pour ma part dans la Halle vers 7h15. Les athlètes passent au ralenti excepté Chantal Pain qui est la plus rapide sur le circuit. Elle enchaine les tours les uns après les autres. Seul Philippe Billard essaie de suivre son rythme. Les visages sont creusés, les douleurs sont apparentes, mais les athlètes continuent leur périple à l’intérieur de la Halle où il ne fait pas très chaud. La variation de température (5° d’un côté, 15°de l’autre côté d’après les mesures réalisées par les organisateurs) se fait sentir depuis pas mal de temps sur les organismes aussi bien mobiles que statiques. Les athlètes n’attrapent pas chaud, même en courant, les pointeurs statiques encore moins.  Le jour se lève et la lumière naturelle fait son apparition dans la Halle. Les coureurs reprennent un peu de tonus et tournent sur la piste les pieds près du sol.

Changement de sens de 11 h à 15 h (44h à 48h) :

Les 4 dernières heures arrivent. André Voiriot se place sous l’arche pour indiquer aux athlètes l’ultime changement de sens de l’épreuve.  Les « runners et walkers » tournent et tournent encore.


La dernière heure approche, l’ambiance devient plus chaude, les bénévoles et les spectateurs qui sont enfin là applaudissent et encouragent fortement de la voix « les gladiateurs du béton ».

De ce fait chaque athlète retrouve des ressources pour accélérer et donner un bon spectacle. De petits groupes se forment pour communier ensemble. Chacun est heureux de ses instants magiques que seul l’ultra peut donner.

Les uns et les autres se congratulent avant d’entamer les derniers instants magiques de la piste aux étoiles.

Les drapeaux nationaux fleurissent la piste.

Les derniers tours arrivent, un coup de pistolet donné par André Voiriot indique qu’il ne reste plus qu’une minute et au deuxième coup de feu les athlètes s’immobilisent, des canettes avec le prénom et le numéro de chacun sont installés sur la piste à l’endroit où chaque athlète en a terminé. Il ne reste plus qu’à André Voiriot accompagné par Jean Baumer de faire le dernier tour avec la roue de géomètre et le greffier de service note les mètres supplémentaires parcourus par chacun pour qu’ils soient enregistrés dans le classement final.

Lien vers le classement final : http://www.marchons.com/attachments/404_Classement%20final%20avec%20mesurage.pdf

D’après les classements à la 24 ème heure et la 48 ème heure, dans la deuxième journée le vainqueur Christophe Laborie a parcouru 148,576 km contre 203,760 km la veille. Alain Grassi 101,107 km contre 181, 360 km.

Chantal Pain 128,380 contre 159,440 km.

Durant ces 48 heures d’Evreux, Eric Yvars sur home-trainer espère réaliser plus de 1200 km en pédalant à une vitesse moyenne au début de 36 km/h. Il compte bien tenir au moins cinq heures à cette allure pour accrocher 180 km au bout de cinq heures. C’est chose faites avant le changement de tenue et  le ravitaillement pour reprendre des forces. Au bout de 9 heures (pendant 1h)  Eric quitte sa selle pour aller se reposer, se faire masser, se ravitailler et s’allonger. Il a couvert  293 km. Puis de nouveau il enfourche le vélo jusqu’à 4 heures du matin (13 heures cde course) et 400 km au compteur. Eric se repose 1h30 à nouveau dans sa chambrée installée à quelques 10 mètres de là. Au bout des premières 24 heures son compteur marque 688,100 km.

Pour faciliter ses prises de repas quand il est assis sur son vélo, Eric a confectionné une tablette découpée dans un plateau qu’il peut installer le moment venu au dessus du cadre et ainsi prendre ses repas tout en continuant de pédaler. C’est astucieux, mais cela permet d’être plus à l’aise comme cela sur son vélo.

De temps en temps Eric a des coups de mou. Surtout dans la nuit entre 4 h et 8 h du matin, lorsqu’il n’y avait plus ou pratiquement plus d’ultra-fondeurs sur la piste et encore moins de spectateurs.


Puis avec la reprise des animations par Daniel Robin cette lassitude a disparu. Eric continu ainsi sa longue route « sur place » le paysage étant le même excepté qu’il peut voir les ultra-fondus et leurs visages. A 13 heures ce samedi 4 décembre Eric Yvars a rempli son premier contrat avec 1200 km. Il lui reste alors deux heures pour améliorer la marque. Au coup de pistolet final les jambes s’arrêtent de pédaler et le chiffre 1246,150 km reste affiché sur le compteur.

http://ericts3.skyrock.com/2957886447-Retour-detaille-sur-mon-48-heures-de-home-trainer.html

http://www.marchons.com/attachments/404_ERIC%20YVARS%20%2048%20HEURES%20HOME%20TRAINER%20A%20EVREUX.pdf

Tout près d’Eric Yvars, Jean-Pierre Guyomarc’h sur tapis roulant espère accrocher à son palmarès le record du monde des 48 heures. Celui-ci est ancré à 405 km. C’est à une allure de 9 km/h qu’il entame sa tentative. Les heures et les foulées passent sur les 2 mètres de longueur de cette petite piste en mouvement. Le compteur affiche 125 km, c’est à ce moment là que Jean-Pierre quitte le tapis et quand il revient il est désabusé pour quelle raison ? Le compteur indique 0 km. Moment de panique, il veut alors jeter l’éponge, les uns et les autres lui demandent de continuer tout de même. Jean-Pierre repart alors, mais il est un peu KO debout, lui l’ancien boxeur qui en 178 combats n’a jamais subit de KO dans sa carrière sur les rings. Au bout de 24 heures, Jean-Pierre jette définitivement l’éponge, car quand l’huissier va venir constater le km parcourus, il ne verra pas les bons chiffres.

Désabusé Jean-Pierre quitte donc son compagnon sur home-trainer.

Le pointage de cette épreuve a été confié par les organisateurs Marc Noury et Mickaël Gilbrin à Marchons.com.


Plusieurs ordinateurs ont été utilisés pour la circonstance. Le portique, le système de puces avec sa boite noire qui a eu une très grande importance ont bien fonctionné. Deux écrans et deux projecteurs mis à disposition par les organisateurs renseignaient les participants sur le nombre de km. Malheureusement l’ordinateur servant a informé les coureurs et marcheurs est tombé en panne. Pendant environ deux heures trente l’informaticien Claude Mauny a tenté de récupérer sur un autre ordinateur les informations transcrites dans la boite noire. Claude a réussi et de nouveau les acteurs pouvaient voir à quel stade ils en étaient. Pendant toutes ces 48 heures un bénévole de l’organisation prenait place à la table de pointage pour noter les numéros de athlètes qui allaient prendre une pose en allant dans leur box, ainsi que l’heure d’arrêt et l’heure de reprise. Un grand merci à eux.

30 minutes après les 48 heures le classement final était disponible, les journalistes en prenaient une copie.

Daniel Robin en prenait une trentaine pour les acteurs qu’il distribuait lors de la remise des prix.


Durant les 48 heures Mikaël Gilbrin passait depuis son ordinateur les messages d’encouragement reçus et chaque athlète pouvait lire son ou ses messages sur l’écran plat disposé près de la piste. Mikaël mettait aussi en ligne le classement et les photos prises par un certain photographe, visible sur cet écran plat ...

Vers 17 heures les sponsors étaient appelés pour monter sur le podium. Ensuite chaque athlète montait aussi sur le podium pour recevoir sa coupe et son lot. Les photos de famille pouvaient être prises.


Les athlètes, les accompagnateurs, les bénévoles se réunissaient ensuite pour le repas de clôture dans une bonne ambiance. Certains acteurs fatigués s’assoupissaient à table. Chacun ensuite regagnait l’hôtel Campanile où il n’avait pas besoin de se faire bercer pour entrer dans le sommeil réparateur.

« La victoire en marchant » tel est le titre d’un article consacré à Alain Grassi par Eure Infos du 7 décembre. C’est aussi le titre du livre de Guy Benamou écrit en 1961 retraçant l’épopée de Strasbourg-Paris.

Lien : http://www.marchons.com/attachments/404_La%20victoire%20en%20marchant.pdf

Chantal Pain (W55) remporte la course des femmes en améliorant la meilleure performance mondiale indoor des 48 heures avec 280,974 km. Avec cette performance pour son premier 48 heures, elle se classe troisième mondiale pour l’année 2010.

Martina Hausmann réalise la meilleure performance mondiale à la marche des 48 heures indoor (W50) avec 242,213 km.

Josiane Pannier (W55 pour encore quelques jours, avant de passer W60) réalise la meilleure performance française à la marche des 48 heures indoor avec 208,707 km. C’est aussi considéré comme meilleure performance mondiale à la marche des 48 heures indoor (W55).

Alain Grassi réalise la meilleure performance mondiale (donc européenne, française et normande) à la marche des 48 heures indoor avec 282,457 km (M50) et TCM.

Le tri athlète Eric Yvars avec 1246,150 km sur home-trainer en 48 heures  réalise la meilleure performance mondiale.

Record d’œufs durs mangés par un athlète durant les 48 heures : Peter Kluka 50 œufs, plus le fromage du ravitaillement et c’est bien passé sans problème digestif.

La fête est terminée, un grand merci aux acteurs, aux organisateurs, aux bénévoles, etc...

Vive l’ultra-fond et ses ultra-fondus.

Bonne récupération à tous.

Guy Destré   (le 11 décembre 2010)



Présentation et illustration de l'épreuve par Guy Destré


ULTRA INDOOR NORMAND et ses 48 heures d’Evreux

Du jeudi 2 au samedi 4 décembre va se dérouler la première édition des 48 heures d’Evreux.

Vingt et un participants (coureurs et marcheurs) vont en découdre durant ces 2880 minutes pour réaliser le plus de km possibles sur une piste en béton à l’intérieur de la Halle des Expositions de la ville ébroïcienne.

Le départ est fixé à 15 heures.

Je vous présente l’équipe organisatrice des 48 heures d’Evreux :


Marc NOURY, Président et organisateur de l’ULTRA INDOOR NORMAND, Président de l’association Ultra Running Normand.

Mikael GILBRIN, Vice Président, est le responsable de la partie informatique et de la vidéo.

Michel LANDRET est le directeur de course et gestion des athlètes.

Jean-Pierre GUYOMARC’H est le conseiller technique sur la course sur piste et relation avec les coureurs.


Les membres de l’Ultra Running Normand :


Daniel BAILLY est chargé de la communication, public relation, responsable en partenariat avec Damien ECHELARD de la course et de la zone de ravitaillement ainsi que de la table de pointage.

Alexandre NOURY est le responsable du transport des athlètes.

Christine DAVID est la responsable des relations avec les coureurs.

Stéphane DUCHESNE est le trésorier de l’Ultra Indoor Normand.

Christophe SIMOES est le responsable de la gestion du bar et des ravitaillements de la table de pointage ainsi que de la table de ravitaillement.

Daniel ROBIN est le speaker de l’Ultra Indoor Normand, responsable de l’animation de la course avec les interviews des coureurs, des partenaires, des bénévoles...

Maintenant c’est au tour des athlètes :

Quatre coureuses vont prendre le départ :

L’Anglaise Heather FOUNDLING-HAWKER (W40) :

Heather a remporté les 48 heures d’Antibes le 12 juin 2010 en parcourant 281,487 km, c’est son record personnel. Les records d’Heather sont les suivants : Mile en 4’48’’ en 1980, 10 km en 36’22’’, 5 miles en 28’41’’, 20 miles en 2h03’, Marathon en 2h50’, 100 km en 7h50’ aux Championnats du Monde IAU à Séoul, 24 heures avec 179 km.

Heather a participé depuis 2005 à des épreuves de 50 km et de 100 km.

Heather termine troisième féminine au Spartathlon 2010, 246 km en 32h43’24’’.

Heather remporte la victoire en mars 2010 lors des 24 heures d’Athènes en courant 179 km, au passage aux 12 heures son compteur marque 112 km.



L’Allemande Cornellia BULLIG (W50) :

Cornellia n’est pas une inconnue dans le monde de l’ultra endurance.

Cornellia est parvenu à remporter les 6 jours d’Antibes 2008 en parcourant 775 km devant les concurrents masculins comme le deuxième Chrstophe LABORIE 762 km et se sont des retrouvailles pour les deux concurrents qui se seront sur la piste d’Evreux. Cornellia a parcouru 318,780 km lors des 48 heures de Surgères en 2005 et 322,098 km à Surgères en 2004. Lors des 7 jours d’Athènes en 2007, Cornellia remporte la victoire chez les féminines en courant pendant 811 km, entre temps aux passages : des 6 jours elle compte 740 km, 301 km aux 48 heures, et 166 km aux 24 heures.

Sa meilleure performance sur 48 heures est de 346,200 km à Kladno CZE les 30/7-1/8/2010 où Cornellia termine deuxième du classement scratch, devancée de 2,300 km par le Tchèque Petr Solnicka.

La Française Martine BERTIN (W55) :

Martine a réalisé 296,318 km lors des 48 heures de Surgères 2010.

En 2009 sur cette même compétition son compteur est monté à 309,341 km prenant la deuxième place des W55.

En 2008 toujours à Surgères Martine arrive toujours deuxième W55 avec 316,066 km sa meilleure marque personnelle sur 48 heures. En 2006, Martine participe aux Championnats de Monde IAU à Tapeï, elle réalise 194,322 km elle termine 19 ème féminine et 3 ème W55. En 2005, aux Championnats du Monde IAU Martine se classe 4 ème W50 et 18 ème féminine en courant 200,405 km. Martine espère atteindre la barre des 300 km à Evreux.

La Française Chantal PAIN (W55) :

Chantal espère elle aussi atteindre la barre des 300 km à l’issue des 48 heures d’Evreux. Chantal n’a jamais participé à une épreuve de 48 heures.

Chantal lors des championnats de France de 24 heures à Séné en 2009 termine troisième féminine avec 195,519 km. Chantal aux 24 heures d’Aulnat 2009 parcoure 193,907 km et elle est première féminine W50.

Chantal participe aux championnats du monde des 24 heures à Drummonville en 2007, avec 191,736 km elle termine sixième W50 et 17 ème féminine. Son record personnel sur 24 heures est de 202,659 km en 2008.

Onze coureurs sont inscrits :

L’Ecossais William SICHEL (M55) :

William a participé aux 1000 miles d’Athènes en 2010.

Ses principaux records personnels : 100 km : 7h07’49’’ en 1996, 24 heures route : 246 km en 2000,

48 heures indoor : 344 km en 2007 Record Ecossais, 6 jours piste : 857 km à Hamm Allemagne en 2008,

6 jours route : 809 km Record Britannique M50 en 2007,

1000 miles route (1601 km) : 13 jours 20 heures 8 mn et 1 s en 2010 à Athènes - Grèce,

Badwater : 31h36mn12s, Record Britannique en 2006,

Spartathlon : 29h01’29 s, Record Ecossais en 2007.

Deuxième de la No Finish Line à Monaco en 2006, 770 km en 143h59’56’’ sur les 192h allouées.

Vainqueur de la No Finish Line à Monaco en 2007, 807,610 km

William lors de 48 heures de Royan 2010 a réalisé près de 321 km terminant sixième.

Sa meilleure performance sur 48 heures est de 344,267 km en 2007 .

Le Slovaque – Français Peter KLUKA (M55) :

Peter participe actuellement à la NO FINISH LINE à Monaco, après 5 jours sur les 8 que dure cette épreuve. Il est en ce moment deuxième derrière Jean-Bernard PIERQUIN.

En 2008, Peter se classe quatorzième au scratch des 6 jours d’Antibes avec 592 km à son compteur.

En 2009, toujours aux 6 jours d’Antibes Peter n’améliore pas sa marque restée à 563 km.

Vainqueur de la No Finish Line 2006 avec 809,561 km en 191h46’25’’. Peter en ultra fondeur se rend aux 6 jours de Göteborg en 2009 et il termine à la septième place avec 613,200 km à son actif, un peu plus de 2 mois après les 6 jours antibois.

Peter a remporté les 24 heures de Puttelange 2009 en effectuant 218,790 km.

En 2010, ses résultats ne sont pas ceux que Peter pouvait escompter. Sa participation à la No Finish Line et aux 48 heures d’Evreux vont lui permettre de redorer son blason.

Sa meilleure performance sur 48 heures est de 241,811 km en 2007.

Les Français :

Robert MIORIN (M50) :

Robert se classe vingt neuvième de Trans Gaule 2010 en 150h37’45’’ (soit 1150 km en courant).

Robert prend la 48 ème place du Grand Raid de Nouvelle Calédonie 2009 -107 km et 4800 mètres de dénivelés- en 25h53’41’.

Ses records : 187 km en 24 heures, 718 km en 8 jours, 1000 km en 10j18h7mn19s.

Cinquième de la MiL’KiL 2010 en 10 j18h7mn19s, particularité sans assistance durant toute la course (258h7mn19s).

Cinquième de la No Finish Line à Monaco en 2006, 713 km en 191h46’28’’, et 718 km en 2007.

Raid Montpellier – Valencia en 2006 et 2008.

Sa meilleure performance sur 48 heures est de 232,236 km à Royan en 2010.

Jean-Gilles BOUSSIQUET (M65) :

Son objectif est d’atteindre les 320 km, le record du monde des 48 heures indoor.

« Phénoménal Boussiquet » est le titre d’un livre écrit par Jean-Gilles il y a environ 25 ans.

Lors des premières 48 heures pédestres de Surgères en 1985, Jean Gilles réalise 333,988 km (2 partants), en 1986 il parcourt 375,470 km, 286,812 km en 2003 à Surgères, 374,574 km à Surgères en 2002. 394,438 km et vainqueur des 48 heures de Surgères en 1994. Jean-Gilles est l’ancien recordman du monde avec 1034,200 km aux 6 jours de La Rochelle en 1992 sur une piste de 200 mètres, actuel record de France. Le Phénoménal BOUSSIQUET à 66 ans peut parvenir à battre le record du monde des 48 heures en indoor.

Sa meilleure performance sur 48 heures est de 423,804 km en 1992 à Surgères.

Christophe LABORIE (M40) :

Après plusieurs tentatives Christophe a réussi à vaincre lors des 6 jours d’Antibes 2009 en parcourant 805 km. Christophe fini troisième de la No Finish Line à Monaco en 2006, avec 759 km en 188h50’55’’ (pour les 192 heures allouées – soit pour 8 jours). En 2007 il parcourt 704,010 km toujours à Monaco.

Christophe se classe deuxième des 6 jours d’Antibes 2007 en parcourant 754 km à 26 km du premier le Danois Jesper Ken OLSEN. Christophe se classe deuxième des 24 heures de Rennes le 28 mars 2010 en parcourant 215,4565 km, moyenne 8,977 km/h. Lors des 100 km de Theilley 28 août 2010 Christophe V1M termine dix neuvième en 9h34’13’’. Christophe cette fois-ci lors des 6 jours de Göteborg Suède en 2009 prend la deuxième place avec 751 km. Lors des 12 heures de Bures sur Yvette 2005 Christophe arrive sixième en parcourant 110,554 km. Christophe, 2 semaines avant d’aller à Antibes parcourt 229 km aux 48 heures de Surgères 2010.

Sa meilleure performance sur 48 heures est de 309,618 km en 2006.

L’objectif de Christophe est de finir l’année sur une belle performance.

Patrick MALANDAIN (M50) :

De 1986 à 2006, Patrick pratique la course à pied et participe à diverses épreuves de 10 km au Marathon.

C’est en 2007 que Patrick découvre la course à pied nommée « ultra ». Patrick enchaine plusieurs épreuves de 24 heures, 6 heures et 100 km, mais Patrick alors bien mordu par le virus de l’ultra en veut toujours plus.

En juillet 2007 il prend seul la route Le Havre – Agen 777 km en 13 jours. En 2008, toujours en solo Gilles se dirige d’Agen à Barcelone, 540 km en 7 jours sa plus longue distance en courant de Montivilliers (Le Havre) à Istambul soit 3230 km en 53 jours.

Lors 24 heures de Grainville – Ymauville 2008, Patrick termine sixième avec 177 km (une région que connait bien un certain « Européen » Serge GIRARD).

Sa meilleure performance sur 24 heures est de 177,180 km en 2008.

Depuis le premier janvier 2007 Patrick a parcouru 16778 km.

Patrick n’a jamais participé à une épreuve de 48 heures.

Son défi pour 2011 sera Los Angelès – New York footrace, départ le 19 juin pour 3220 miles en 70 jours.

Philippe BILLARD (M35) :

Philippe est connu dans le monde de l’ultra. Il est pratiquement obligé de venir sur cette piste puisqu’il connait bien Evreux et pour cause. Philippe rédige des articles pour ULTRAFONDUS dont il est l’un des rédacteurs. Il a pour objectif de dépasser ses propres limites et de représenter dans la course le magazine Ultrafondus. Peut-être qu’il réussira à écrire un texte tout en courant ? Philippe a couvert 556,656 km en 2008 lors des 6 jours d’Antibes. Meilleures performances de Philippe sont sur 100 km 13h21’36’’ en 2006 et 150,900 km en 24 heures 2006. Philippe n’a jamais participé à une épreuve de 48 heures.

Gilles PALLARUELO (M45) :

Gilles a déjà réalisé 353,152 km sur 48 heures à Surgères en 2008, sa meilleure performance, il espère approcher les 400 km.

Gilles se classe onzième des 24 heures de Rennes en parcourant 182 km.

Il parcourt 321,494 km aux 48 heures de Surgères en 2003 et 342,907 km en 2007.

Gilles a participé au Spartathlon en 2010, 246 km effectués en 32h52’06’’. La Nove Colli Running 203,500 km classé 32 ème dans un temps de 28h34’00’’.

48 heures de Golser Benefizultralauf en 2009 en parcourant 337 km, troisième au classement.

7 jours Loutraki International Ultramarathon Festival en 2005, avec 710, km en 7 jours et 612,682 km en 6 jours.

Yvonnick SIMON (M40) :

Yvonnick a couvert 160 km aux 24 heures de Royan 2010. La CCC Courmayeur Champex Chamonix 98 km en 2009 810 ème en 24h20’05’’. Ultra Trail du Mont Blanc (UTMB) en 2006, 155 km 204 ème M en 33h06’38’’. Son objectif pour Evreux atteindre les 300 km. Yvonnick n’a jamais réalisé de 48 heures. Pour lui se sera une grande première.

Pierre MITEV (M50) :

Pierre se classe troisième des 24 heures d’Arcueil 2009 avec près de 206 km. Journaliste, coureur longue distance non-stop, Membre d’Ultra Marathon France et des « Kékés du Bocage », licencié à Courir Ensemble – SNCF Lille. Pierre a déjà participé plusieurs fois aux 24 heures d’Arcueil, 3 ème en 2005, 5 ème en 2007 avec 197 km et 9 ème en 2008.

Pierre vient sur la Nove Colli Running 2009, c’est à dire 202 km à parcourir non-stop sur une petite route de Romagne italienne avec 3220 mètres de dénivelé positif.

Pierre en 2007 termine cinquième de la Race 200, 200 km non-stop dans le désert Mauritanien au départ d’Azougui. 178 km lors des 24 heures de Brive 2006 et 174 km en 2008. Pierre arrive dans les délais lors de sa participation au Spartathlon en 2002, il réalise les 246 km de cette épreuve en 35h28’40’’. Pierre remporte la première édition des 24 heures de Villennes sur Seine en 2005 en parcourant 183,680 km. Il arrive à la neuvième place dans un temps final de 26h13’15’’. Pierre arrive premier M45 des 6 heures de Loos, son fief, en totalisant 71,267 km.

Pierre est co détenteur du record de France de 24 heures par équipe Courir Ensemble.

Pierre a réalisé 225,369 km aux 48 heures d’Antibes 2010.

2 marcheuses :


La Française Josiane PANNIER (W60) :

Josy est venue à Antibes début juin 2010 pour aider sa fille Magali à parcourir 300 km durant les 6 jours. Au bout de 3 jours, nous savions pertinemment que Josiane pouvait aller chercher le record du monde de la distance. Le 12 juin 2010 à 7h35, Josiane dépassait l’ancien record et il lui restait 8h25 pour prendre de la distance avec celui-ci, appartenant jusqu’alors à l’Australienne Deborah DE WILLIAMS -W35- qui a parcouru 448,170 km du 21 au 27 novembre 2004 à Colac Australie. A la fin des 6 jours Josiane totalise 473.975 km. Soit un peu plus de 25 km que le précédent record.

Josiane est une habituée des longues marches avec 5 Chalons en Champagne-Colmar à son actif où elle accède à la troisième marche du podium en 1994 en 54 heures. Josy a engrangé 32 circuits sélectifs de 24 heures. Josiane remporte le titre de championne de France des 24 heures en 1995 avec 172 km. La Normande n’a jamais participé à une épreuve de 48 heures, pour elle se sera une découverte. Mais nous connaissons bien Josy et son ravitailleur aussi.

Alors en avant marche Josiane.

Commentaires de Josiane reçus sur ma messagerie :

Mon objectif pour les 48 heures d’Evreux est de faire connaitre la marche de grand fond.

Nous avons besoin de sang neuf pour que dure notre discipline et si l’on veut la faire connaitre et reconnaitre, c’est la meilleure façon à mon avis ! Par la participation et par la démonstration.

Et bien sûr un nouveau défi car cela va être particulier en indoor sur une piste de 150 mètres et toujours à la lumière artificielle. Et sur mes terres de surcroit.


L’Allemande Martina HAUSMANN (W50) :

Inscrite en tant que coureuse, Martina a réalisé 619 km lors des 6 jours d’Antibes 2010, terminant à la troisième place chez les féminines derrière la Hollandaise Ria BUITEN 704 km et l’Espagnole Cristina GONZALES 654 km. En 2008 toujours à Antibes, Martina termine cinquième au scratch et deuxième femme avec 713 km. Elle réalise 304,907 km lors des 48 heures de Surgères 2005 et 317,875 km à Surgères en 2002. Martina parcourt 756,400 km en Suède lors des 6 jours d’Hallberg en juillet 2008. Martina toujours aux 6 jours d’Antibes en 2007 termine quatrième au scratch et première femme avec 704,182 km à son compteur. En 2009, lors des 6 jours de Göteborg, Martina est sixième au scratch et troisième féminine avec 682 km, devancée par l’Australienne Sarah BARNETT avec 714 km et la Française Christine DAVID avec 703 km.

Martina participe aux 48 heures de Cologne 2010 où elle empoche la troisième place féminine avec 255,514 km.

Martina se classe deuxième féminine des 7 jours d’Athènes 2007 derrière Cornellia BULLIG avec 800 km tout rond, entre temps au passage des 6 jours elle comptabilise 704 km, aux 48 heures 270 km, et 145 km à celui des 24 heures.

Après de nombreuses années passées sur les circuits d’ultra fond en tant que coureuse, Martina a l’intention maintenant de se lancer plus spécialement en tant que marcheuse sur les compétitions auxquelles elle va participer.

Elle arrive treizième au scratch des 48 heures de Royan 2010 avec 260km. Il est vrai qu’en voyant le dessin du parcours de Royan il était difficile de réaliser de grandes performances.

Son objectif pour Evreux est de s’approcher des 300 km en marchant, ce qui constituerait un nouveau record du monde sur les 4 tours d’horloge.

Lors des 1000 miles d’Athènes du 15 au 31 mars 2010, Martina HAUSMANN a mis 369h37’07’’ pour les 1601 km (soit 15 j 9 h 37’07’’), elle est la deuxième féminine de l’épreuve et première W50 (5 hommes et 3 femmes terminent les 1000 miles sur 16 partants). Au passage des 24 heures, elle a parcouru 158,118 km, 273 km en 48 heures, 705 km en 6 jours.

Il faut signaler que depuis le 19 août 1989, date de sa première apparition en compétition jusqu’à ce jour, Martina HAUSMANN a parcouru 48680 km pour 200 compétitions.

Sa meilleure performance sur 48 heures est de 323,138 km en 1999 (W40). Elle détient la meilleure performance mondiale des 48 heures indoor W35 avec 314,250 km à Brnö en 1996 et celle des 1000 miles (W40) en 14jours22h22’00’’ établi en 2000 à Nanango en Australie.

4 marcheurs tous Français :

Aucun de ces quatre marcheurs n’a encore participé à une épreuve de 48 heures.

Alain GRASSI (M50) :

Le célèbre EL GINO, a remporté le 12 juin 2010 les 6 jours d’Antibes en catégorie marche avec 701,892 km.

Cette performance est la deuxième des temps dits modernes après celle de l’Irlandais John Dowling qui avait couvert 741,212 km à Nottingham en 1983.

Alain lors des 6 jours d’Antibes 2009 a réalisé son objectif fixé au départ de 500 km en parcourant 503 km non pas en 6 jours mais en 5 jours conséquence de son arrêt imposé d’une journée par le staff médical. Malgré cette interruption involontaire Alain monte sur la troisième marche du podium antibois.

En 2007, lors des 28 heures de Roubaix Alain s’empare de la septième place du classement et termine premier français avec 215,700 km. El Gino a remporté les 24 heures de Rouen 1997 avec 178 km et ceux de 1999 avec 184 km. Début octobre à Vallorbe Alain empoche la quatrième place avec 176,642 km.

En bon Normand, Alain se devait d’être sur la piste en tant que participant et non comme simple spectateur.

Son objectif sera de se rapprocher du record du monde 48 heures marche.


Bruno LEFEVRE :

Bruno revient sur les épreuves de marche de fond. Son palmarès n’est pas très fourni comme il me l’a mentionné dernièrement. En décembre 2009, Bruno parcourt 200 km en 30 heures pour récolter des fonds pour le Téléthon. En 2007 lors des 24 heures de Vallorbe, Bruno se classe douzième avec 158 km.

Bruno s’entraine activement pour viser les 300 km, telle est son ambition.


Daniel DALPHIN (M50) :

Daniel a réalisé en marchant 336,700 km lors des 6 jours d’Antibes au mois de juin 2010.

Il a couvert 132 km aux 24 heures de Royan 2010 et 171 km aux 24 heures de Saint Doulchard 2006.

Daniel a participé à de nombreuses courses en tant que coureur.


Philippe VIT (M55) :

Philippe détient le record M55 sur 100 km avec 10h30’14’’ qu’il a réalisé lors des Championnats de France de 100 km à Bar le Duc le 12 avril 2009 où il est devenu vice-champion de France derrière David REGY.

Sept ans auparavant dans la même région, mais cette fois à Ligny en Barrois, Philippe décroche une médaille de vice-champion de France vétérans (il est M50) à l’issue des 100 km en 10h35’02’’.

Lors des 28 heures de Roubaix, Philippe se lasse dixième avec 205,725 km.

Philippe a la pêche et dans son esprit il partira avec l’intention de s’approprier le record du monde des 48 heures marche. Philippe a bien l’intention d’ajouter cette ligne à son palmarès.


Nous devrions assister à une belle épreuve, aussi bien en course qu’en marche. L’intégration de la marche est une bonne chose et l’osmose devrait être réussie entre ces deux disciplines soeurs de grand fond.

Que le spectacle commence. Que les acteurs s’enivrent de tours et de tours (avec ou sans modération).

Tant en course qu’en marche les pronostics ne seront pas faciles à établir, les palmarès des uns et des autres peuvent en témoigner car c’est assez éloquent.


Meilleures Performances Mondiales sur 48 heures indoor (au 20 février 2010) - sources IAU et Bruno Heubi par Christophe ANTOINE - (Classeur IAU):


48 HEURES INDOOR FEMMES :


WPB 372,415 km Irina REUTOVITCH RUS à Brnö CZE 22-24/03/2002

W35 314,250 km Martina HAUSMANN GER à Brnö CZE 21-23/02/1996

W40 352,654 km Irina KOVAL RUS à Brnö CZE 22-24/03/2003

(W45 352,538 km Eleanor ROBINSON GBR à Brnö CZE 23-25/02/1997)

W45 369,146 km Irina KOVAL MARKOVNA RUS à Brnö CZE 18-20/03/2005

W50 372,415 km Irina REUTOVITCH RUS à Brnö CZE 22-24/03/2002

W55 260,198 km Else BAYER GER à Brnö CZE 26-28/03/1999

W60 270,393 km Else BAYER GER à Brnö CZE 23-25/03/2001


48 HEURES INDOOR HOMMES :


WPB 426,178 km Tony MANGAN IRL à Brnö CZE 16-18/03/2007

M40 372,808 km Jean-Gilles BOUSSIQUET FRA à La Rochelle FRA 4-6/10/1985

M45 423,262 km Jaroslav KOCOUREK CZE à Brnö CZE 20-22/03/1998

M50 404,759 km Jaroslav KOCOUREK CZE à Brnö CZE 17-19/03/2000

M55 372,808 km Gilbert MAINIX FRA à La Rochelle FRA 16-18/10/1992

M60 270,160 km Kjell-Ove SKOGLUND SWE à Brnö CZE 22-24/03/2002

M65 301,250 km Christian MAINIX FRA à Brnö CZE 18-20/03/2005

(M65 243,100 km Manfred HAÜSER GER à Brnö CZE 23-25/03/1997)

M70 253,497 km Manfred HAÜSER GER à Brnö CZE 20-22/03/1998


Les records de France sur 48 heures en course indoor - Sources site de Bruno Heubi (par Antoine Christophe - classeur IAU) :


M 23 375,750 km Patrick SIMONNET à Haverford USA en 1985

M30 347,400 km Ramon ZABALO à La Rochelle en 1982

M35 379,400 km Jean-Gilles BOUSSIQUET à La Rochelle en 1982

M40 372,808 km Jean-Gilles BOUSSIQUET à La Rochelle en 1985

M45 412,000 km Jean-Gilles BOUSSIQUET à La Rochelle en 1992

M50 396,800 km Gilbert MAINIX à La Rochelle en 1987

M55 397,400 km Gilbert MAINIX à La Rochelle en 1987

M65 301,250 km Christian MAINIX à Brnö  en 2005

M70 227,916 km Claude-Jean BUISSON à Brnö  en 2005


W30 90,200 km Christine FONTES à Brnö  en 1999

W40 301,400 km Arlette TOUCHARD à La Rochelle en 1985

W45 220,370 km Mireille CORMIER à Brnö  en mars 2008
W50 212,140 km Mireille CORMIER à Brnö  en mars 2009


Les records sur 48 heures en marche :


Record du Monde plein air Hommes : 319,609km, de John Dowling (IRE) a Nottingham 1983.

Record du Monde plein air Femmes (p) : 294,114 km par Anne Sayer GBR à Nottingham 11-12/4/1982.


Je ne connais pas pour le moment les records par catégorie d’âge en ce qui concerne les performances mondiales ou françaises pour les 48 heures en indoor pour la marche.


Trois défis se dérouleront en même temps que l’épreuve des 48 heures.

Défi sur Tapis roulant Homme durant 48 heures :


Jean-Pierre GUYOMARC’H, sera le parrain de la première édition des 48 heures d’Evreux. Jean-Pierre est bien connu dans le monde de l’ultra et à Evreux, va tenter de battre le record du monde des 48 heures, non pas sur la piste de 150 mètres, mais sur la piste de 1,50 m du tapis roulant qu’il aura sous les pieds. Le record est à sa portée il est actuellement de 405 km. Et connaissant la hargne du coureur ébroïcien ce défi est parfaitement réalisable par ce combattant qui a boxé de nombreuses années avant de se lancer dans la course à pied.

Jean-Pierre est aussi le conseiller technique de l’épreuve.





Défi sur Tapis roulant Femme durant 48 heures :


L’Allemande Bettina MECKING aux côtés de Jean-Pierre, sur un autre tapis roulant, aura pour mission de
s’approprier le record du monde actuel qui est à ce jour de 309 km.


Défi sur Home-Trainer - 48 heures à pédaler- :


Eric YVARS , tri athlète, va pédaler pendant 48 heures sur Home-Trainer. Son objectif minimum est de parcourir 1200 km et atteindre si possible une marque plus haute de 300 km, soit les 1500 km. C’est un très gros défi pour lui. Alors, Go Eric pour l’aventure.

De nombreuses animations sont prévues durant ces 48 heures. Pour en savoir plus cliquez sur le lien suivant :


www.ultraindoornormand.com/animations/

L’Equipe de Marchons.com sera présente à Evreux pour le direct et le pointage officiel des 48 heures.

Claude Mauny, Thierry Martineau et Noëlle Philipot seront tout près du poste de pointage, les doigts délicatement posés sur les touches des ordinateurs.

Le photographe sera dans les coulisses de l’exploit (cela me rappelle une émission de télévision) pour immortaliser l’évènement de ce début du mois de décembre.

Vous pouvez encourager vos « poulains » en leur envoyant un ou plusieurs messages depuis le site de l’ULTRAINDOORNORMAND :


www.ultraindoornormand.com/les-inscrits/encouragements/


Guy Destré
(Présentation réalisée le 25 novembre 2010)